Les inscriptions au congrès sont ouvertes !



Présentation

Les théories de l’attachement ont vu le jour il y a plusieurs décennies, mais connaissent aujourd’hui un nouvel essor et des développements particulièrement passionnants.

Loin d’être un épiphénomène ou une mode que nous viendrions immanquablement à renier dans quelques années, il nous faut aujourd’hui nous rendre compte de leur potentiel pour nous aider dans notre travail d’accompagnement, d’aide ou de soin.

Pour nourrir notre réflexion pendant ces deux journées, nous avons confié à plusieurs spécialistes de l’attachement la tâche de jeter des ponts entre théorie et pratique. Après une introduction générale chargée de nous remettre à niveau, nous aborderons différentes thématiques dans la perspective de voir comment la théorie de l’attachement vient les colorer. Nous aborderons ainsi comment les relations conjugales peuvent être envisagées avec l’éclairage de l’attachement. Nous verrons également quelles difficultés rencontrent les enfants ayant connu des ruptures, des abandons et beaucoup d’insécurité et comment nous pouvons les accompagner. Enfin, nous aborderons aussi la question du lien qui nous unit « nous » les professionnels de bonne volonté qui voulons aider et « eux », parents en difficulté qui se sentent avant toute chose menacés par nos actions.

Pour clôturer ces journées, nous laisserons carte blanche à la comédienne et metteure en scène Dominique Roodthooft et plongerons avec elle dans un univers de création collective où seront travaillées d’une tout autre manière les thématiques du lien, les souffrances de l’abandon et l’inclusion des minorités.


Ces journées s’adressent aux professionnels de l’éducation, de l’aide et du soin à qui sont confiées différentes missions :

  • travail psychothérapeutique avec des enfants, des adultes, des couples ou des familles ;
  • aide éducative en milieu ouvert ;
  • soutien aux familles précarisées ;
  • accompagnement éducatif d’enfants ou d’adolescents en foyer ou en famille d’accueil ;
  • intervention au bénéfice d’adolescents en rupture, en révolte, en détresse, ...


Il permettra aux participants de :

  • consolider ses connaissances à propos des théories de l’attachement;
  • tenir compte des théories de l’attachement dans ses interventions au bénéfice des enfants, des adolescents, des couples, des parents;
  • mettre en œuvre des interventions pour soigner les troubles de l’attachement dans des contextes d’adoption, de placement familial ou de placement en institution;
  • tenir compte du style d’attachement des partenaires dans la thérapie de couple;
  • motiver les parents en situation de précarité à créer des conditions de sécurité pour faire grandir leurs enfants;
  • avoir une démarche d’introspection sur son propre système d’attachement et ses implications sur sa façon d’être en relation professionnelle avec les bénéficiaires.




Jeudi 23 mai 2019


Matinée: de 9h15 à 13h00

Introduction

Raphaël GAZON
La théorie de l’attachement au service de la pratique clinique

L’attachement, en tant que système comportemental et motivationnel, peut être défini comme une disposition innée à rechercher la proximité, à créer des liens émotionnels et à susciter protection, régulation et réciprocité de la part d’une figure parentale (Schore, 1994 ; Fonagy et al., 2002). Le système d’attachement ne représente qu’une facette de la manière dont un être humain crée une relation avec un autre être humain. Néanmoins, depuis la formulation initiale de la théorie de l’attachement (Bowlby, 1958) et les travaux de recherche qui ont suivi, les spécialistes du développement savent que le système d’attachement occupe une place centrale dans le développement psychologique de l’enfant. Par exemple, le système d’attachement joue un rôle important dans le développement d’une sécurité intérieure, des capacités d’exploration, de la capacité à réguler ses émotions ainsi que du développement d’un sens de soi et des capacités réflexives (mentalisation). Par ailleurs, au niveau psychopathologique, les développementalistes ont décrit comment les déprivations ou la perte du lien avec une figure parentale pouvaient entrainer des perturbations graves dans le développement de l’enfant.

Dans son exposé, Raphaël Gazon passera en revue les grandes lignes de la théorie de l’attachement. Il détaillera également le concept de « traumatisme d’attachement », ainsi que ses conséquences dans le développement de l’enfant jusqu’à l’âge adulte. Enfin, il présentera des pistes pour le développement de pratiques cliniques orientées par la théorie de l’attachement.

Raphaël GAZON est psychologue, psychothérapeute cognitivo-comportementaliste et formateur/praticien en thérapie sensorimotrice. Depuis plus de 15 ans, il développe des approches thérapeutiques, en individuel et en groupe, pour les personnes présentant des troubles émotionnels sévères. En 2012, il a créé le centre PEPS-E qui propose des thérapies spécialisées dans le traitement des problèmes de régulation émotionnelle. Il supervise et donne des formations sur les troubles de l’attachement, les traumatismes complexes et la clinique des émotions.

Florence LOUPPE
Attachement, vulnérabilité individuelle et vie de couple : comment intégrer la problématique d’attachement originelle de chaque partenaire au cours de la prise en charge conjugale ?

Le lien entre insécurité du style d’attachement chez l’un ou les deux membres du couple et détresse au sein du couple a pu être démontré de manière reproductible. Mais alors pourquoi une problématique originelle d’attachement vient si souvent impacter la qualité de vie du couple et comment cela s’exprime-t-il ?

Par ailleurs, s’il est essentiel de prendre en compte la question de l’attachement pour comprendre la problématique au sein de la dynamique conjugale, comment intégrer cette notion dans notre pratique ? En effet, comment associer le travail à faire sur une vulnérabilité individuelle héritée des interactions avec la famille d’origine de chacun, au travail fait avec la dyade conjugale ? Comment permettre à chaque partenaire de revisiter sa propre histoire d’attachement, dans le cadre d’une prise en charge conjugale ?

Florence LOUPPE est psychiatre, praticien hospitalier au pôle de psychiatrie 7e arrondissement de Paris, au Centre Hospitalier Sainte-Anne. Elle est responsable du centre de Thérapie Interpersonnelle à Paris. Elle est formatrice à la Thérapie Interpersonnelle basée sur l’Attachement et auteure d’articles sur ce sujet.

Catherine VASSELIER-NOVELLI
Attachement de l’enfant et violences conjugales

L’attachement est défini par J. Bowlby comme étant le produit de comportements ayant pour objet la recherche et le maintien de la proximité d’une ou de personnes qui progressivement deviennent spécifiques, la figure d’attachement. Dès lors que l’enfant est en situation de détresse lié à des facteurs internes (la faim, la fatigue, …) ou des facteurs externes liés à l’environnement (bruits forts et soudains, hurlements, présence d’un étranger, …), il active des comportements innés (pleurs, cris, agrippement, …) afin d’obtenir la proximité, le réconfort de sa figure d’attachement. Progressivement, l’enfant va construire un style d’attachement spécifique, conséquence de ces expériences relationnelles. Mais alors que se passe-t-il pour un enfant, lorsque sa figure d’attachement primaire est victime de violences conjugales ? Lorsqu’une seconde figure d’attachement est envahie de colère, de rage ? Lorsque les interactions sont marquées par les violences et le chaos ? Quel Modèle Interne Opérant va-t-il construire et avec quelles conséquences pour ses relations futures ?

Au-delà de ces questions, une autre se pose : comment accompagner ces enfants ?

Catherine VASSELIER-NOVELLI est psychologue et psychothérapeute au Centre de consultations psychothérapeutiques la Durance à Marseille. Thérapeute familiale systémicienne, chargée de cours à l’Université d’Aix à Marseille, elle est aussi formatrice et co-auteure de nombreux articles et ouvrages notamment le livre « Enfants victimes de violences conjugales » avec Michel Delage, Patrick Danel, et Charles Heim (Fabert, 2014).


Après-midi : de 14h30 à 17h30

Jean-François CHICOINE
Attachement, lien, abandon et adoption : trente ans d’expertise pédiatrique

Trajectoires de vie, ruptures, négligences, maltraitances, privations sensorielles, retards et troubles développementaux, langage, imagination, jeu, comportements, vie quotidienne, scolarisation, apprentissages et troubles d’apprentissage, adolescence, anxiété, colères, solitude, identité, styles parentaux, familles, devenirs adultes des enfants adoptés jeunes ou grands, tout cela en lien avec l’expertise pédiatrique clinique et de recherche en matière de développement, d’attachement, de traumatismes et de lien parents-enfant. Des éléments théoriques, des solutions pratiques, des échanges interactifs autour d’interrogations cliniques. Clé en main.

Jean-François CHICOINE est professeur agrégé de pédiatrie à l’Université de Montréal. Il est pédiatre à la Clinique d’adoption et de santé internationale, au CHU Sainte-Justine. Il est aussi directeur scientifique à l’association « Le monde est ailleurs » à Montréal et Consultant au Centre de vaccination internationale à Paris.





Vendredi 24 mai 2019


Matinée: de 9h à 12h30

Hubert BOUTSEN
Comment affronter des liens qui tachent sans bien attacher ?

Le placement familial, l’adoption, le placement en institution questionnent la nécessité de clarifier la notion de lien d’attachement. En effet, ces trois situations sont souvent l’aboutissement de liens qui n’ont pas pu se développer de façon suffisamment structurante. Un lien d’attachement structurant n’est pas de même nature qu’un lien historique, un lien de filiation, un lien d’appartenance. La clinique du quotidien montre toutes les difficultés et les embûches quand ces différents liens ne sont pas suffisamment connus, reconnus, explicités et « travaillés ».

Cependant, les dommages et les conséquences des dommages d’un lien d’attachement déstructurant restent la pierre d’achoppement de la majorité des placements.

Le lien d’attachement - certes - mais déstruc-turant, est trop souvent ignoré, banalisé, masqué, travesti par de nombreuses projections, identifications, perceptions erronées qui font les fondements de l’idéologie du lien.

Hubert BOUTSEN est Pédopsychiatre au Service de Santé Mentale de Dinant et au service de placement familial Alternatives familiales à Braine l’Alleud.

Bernadette NICOLAS
L’alliance Parents-Professionnels : contenant du terreau d’une sécurité interne

Il y a un peu plus de 18 ans, fin de l’année 2000, les parents qui allaient constituer l’association PETALES cherchaient, souvent seuls dans leurs foyers, les raisons pour lesquelles ils ne parvenaient pas à établir une relation confiante avec un ou plusieurs de leurs enfants, ni à les éduquer, ni à les socialiser.

En découvrant la théorie de l’attachement qui nous était jusque-là inconnue, nous avons enfin pu comprendre, reconnaître nos enfants et faire du chemin avec eux.

Aucune des professions que vous représentez ne nous apportait de réponse, à part un renforcement de notre culpabilité : parents incapables.

Les temps ont changé. L’attachement et son importance sont de moins en moins niés.

Je voudrais partager avec vous nos questions, nos doutes et nos découvertes dans ce chemin si complexe de l’attachement et de ses troubles. Parler des ruptures et traumatismes qui ont induit l’insécurité interne mais aussi parler des structures psychiques qui n’ont pas pu s’élaborer correctement, au bon moment, sans le soutien d’une figure d’attachement disponible et fiable pour donner du sens aux découvertes du tout petit.

Leurs comportements n’avaient de sens ni pour nous ni pour la société parce que nos comportements, aussi bons soient-ils, n’avaient pas de sens pour eux. Que nous disent ces comportements et comment y répondre ? L’objectif maintenant est la construction à la fois de leur sécurité interne et des structures de base qui leur ont manqué. Ce sera toujours très difficile.

Notre espoir est donc de créer, avec vous, l’enveloppe contenante qui permettra de construire, quel que soit leur âge, la sécurité interne qu’ils n’ont pu élaborer tout petits.

Bernadette NICOLAS est Présidente de PETALES-Belgique (association de Parents d’Enfants présentant des Troubles de l’Attachement, Ligue d’Entraide et de Soutien) créée en 2001 à Namur. Depuis sont nées PETALES-Québec et PETALES-Espagne, réunies toutes trois dans PETALES International. Depuis 18 ans, elle anime le groupe mensuel de parole pour les parents de Bruxelles et poursuit avec les autres parents son information et sa formation sur la question de l’attachement. Ses connaissances, elle les apporte régulièrement aux parents, aux étudiants et aux professionnels intéressés.

Elisabeth CASTRO
Attachement et manifestations corporelles : un lien à établir pour ouvrir les perspectives d’accompagnement des jeunes en institution

Dans les institutions d’hébergement pour jeunes se manifestent de différentes manières les troubles de l’attachement. Comment apprendre à les décoder pour appréhender la dynamique interne du jeune, le plus souvent teintée d’une insécurité profonde ? Au-delà des réactions corporelles et des comportements qui apparaissent lorsque le jeune est en relation avec autrui, il est également intéressant de l’observer dans la relation qu’il entretient avec les objets, les jeux, les espaces et avec son propre corps.

Ces observations sont des indicateurs précieux pour nous permettre de comprendre ce qui se joue d’un point de vue psychoaffectif dans des interactions que nous considérons parfois comme des actions inappropriées voire incongrues.

Saisir leur véritable portée nous amènerait à réfléchir à une posture relationnelle et éducative intégrant les besoins ainsi exprimés par le jeune et à explorer d’autres pistes d’accompagnement. Une recherche de stratégies et d’outils à proposer qui nous donneraient l’opportunité de signifier au jeune que nous avons perçu et entendu ce qui se joue pour lui derrière ses manifestations mais surtout et avant tout de le soutenir dans sa dimension corporelle, relationnelle et affective.

Elisabeth CASTRO est psychomotricienne auprès du nourrisson, de l’enfant et de l’adolescent, intervenante à Kaléidos, en institution et en famille, formatrice.


Après-midi: de 14h00 à 17h00

Nicole GUEDENEY
Relation d’aide et attachement : les usagers et les professionnels à risque

Pour Bowlby, la demande d’aide était une assomption fondamentale puisqu’elle se base sur les besoins d’attachement. Sa théorisation de la demande d’aide à la lumière de la qualité des liens d’attachement est une inspiration pour en comprendre les difficultés pour de nombreux usagers ou patients. De nombreux théoriciens attachementistes ont depuis travaillé sur la question de l’alliance dans la relation d’aide. Ils ont aussi étudié ce qui se passait chez les professionnels en mesure de répondre à cette demande d’aide. La question de l’attachement des soignants devient essentielle pour comprendre les enjeux du couple soignant-soigné, quelles que soient les populations. J’essaierai de montrer la complexité de la demande d’aide en particulier chez les parents consultant pour leurs enfants avec cette notion clé de l’aide représentant une menace potentielle. La notion de caregiving compulsif est particulièrement éclairante du côté des soignants.

Nicole GUEDENEY est pédopsychiatre, docteur ès Sciences. Elle a une longue expérience de clinicienne, et de responsable du service de psychiatrie infanto-juvénile à l’Institut Mutualiste Montsouris de Paris. Elle est spécialiste de l’attachement et a enseigné dans diverses universités et écoles. Elle est l’auteure de nombreux articles et livres dont «Apports de la théorie de l’attachement aux traitements conjoints parents-bébés» (Erès, 2007).

Clôture

Dominique ROODTHOOFT
Cocon ! : une tentative pour « relier le(s) monde(s) » plutôt que de les séparer

Lieu nécessaire à la métamorphose, un cocon, c’est l’abri d’une promesse ; l’expérience du devenir autre, le lieu d’incubation de tous les possibles. Cocon ! c’est devenu le titre d’un spectacle. Une célébration de la transformation et du lien. Avec comme point de départ, l’œuvre et la vie de Judith Scott, trisomique, sourde et muette : elle est devenue une artiste d’art brut célèbre, après la reconstruction du lien avec sa sœur jumelle « normale » dont elle a été séparée 35 ans. C’est donc la question de l’abandon et du rejet des minorités, des êtres « inappropriés » qui y est abordée. Cocon ! se présente comme un laboratoire de recherche sur ce qu’a généré l’histoire de Judith Scott chez chacun des acteur.trice.s. du projet. Et ce en compagnie également d’auteur.trice.s comme David Abram ou Rainer Maria Rilke mais surtout Donna Haraway, philosophe et écoféministe américaine. Son ouvrage Staying with the trouble (habiter le trouble) guide en effet dans une large mesure cette création collective. Le travail de Dominique Roodthooft comme celui de Donna Haraway relève de l’addition (à l’opposé de la soustraction ou de l’élimination). En se basant sur l’expérience de construction de ce spectacle, Dominique Roodthooft se propose de raconter, performer et déplier un processus de composition collective, de création de liens de travail avec des matières, des concepts mais aussi avec des gens et ce, afin de ne laisser personne au bord du chemin.

Dominique ROODTHOOFT est comédienne, metteure en scène et directrice artistique de la maison de création le CORRIDOR. Après avoir travaillé huit ans comme assistante sociale en centre PMS, elle quitte son métier pour inventer une nouvelle situation dans laquelle elle pourra développer plus profondément ses idées. Elle choisit la scène, lieu neutre, boîte noire où tout est à réinventer à chaque projet. Son engagement professionnel est guidé par la question des nouvelles résistances : comment réinventer des mondes sans prendre le pouvoir et sans l’imposer nécessairement à tout le monde ?


RENSEIGNEMENTS

Association Parole d’Enfants


En Belgique

Nouvelle Adresse

31, rue Bassenge
B-4000 Liège
Tél . 04 223 10 99
Fax 04 223 15 56

En France

 

57, rue d’Amsterdam
F-75008 Paris
Tél. 0800 90 18 97
Fax 00 32 4 223 15 56

Informations pratiques

Lieu et dates

Palais des Congrès de Liège

  • Jeudi 23 mai 2019 de 09h15 à 17h30
  • Vendredi 24 mai 2019 de 9h00 à 17h00

Avec le soutien du Palais des Congrès de Liège




Conditions d'inscription

Avec paiement avant le 1er février 2019
Individuelle : 130 EUR ou 150 CHF
Par convention : 250 EUR


Coût de l'inscription Avec paiement à partir du 1er février 2019

Individuelle : 170 EUR ou 195 CHF
Par convention : 250 EUR


Inscription groupée de 5 personnes et plus > -20% Cliquez ici pour les conditions
Sans emploi > -50% sur présentation d'une attestation (pas de tarif de groupe).


Conditions d’inscription

Nous attirons votre attention sur le fait que votre réservation ne sera effective qu’à la réception de votre paiement ou d’une attestation de prise en charge signée par votre employeur.

Les places seront attribuées dans la limite des places disponibles, dans l’ordre chronologique d’arrivée des versements.
N’hésitez pas à prendre contact avec nous pour faire une réservation provisoire dans l’attente de la réponse de votre employeur.

En cas d’annulation

Les annulations de votre part ne font pas l’objet de remboursement.

Lorsqu’il y a une liste d’attente, nous vous proposons un arrangement à l’amiable s’il nous est possible de vous remplacer.




FORMULAIRE D'INSCRIPTION

Remplissez ce formulaire svp



NOM*
PRÉNOM*
E-MAIL*

Adresse privée

RUE

CODE POSTAL
LOCALITÉ
PAYS
TÉL.
FAX

Adresse professionnelle (facultatif)

INSTITUTION
RUE

CODE POSTAL
LOCALITÉ
PAYS
TÉL.
FAX

Commentaire



Avec paiement avant le 1er février 2019
Individuelle : 130 EUR ou 150 CHF
Par convention : 250 EUR


Coût de l'inscription Avec paiement à partir du 1er février 2019

Individuelle : 170 EUR ou 195 CHF
Par convention : 250 EUR


Inscription groupée de 5 personnes et plus > -20% Cliquez ici pour les conditions
Sans emploi > -50% sur présentation d'une attestation (pas de tarif de groupe).


Conditions d’inscription

Nous attirons votre attention sur le fait que votre réservation ne sera effective qu’à la réception de votre paiement ou d’une attestation de prise en charge signée par votre employeur.

Les places seront attribuées dans la limite des places disponibles, dans l’ordre chronologique d’arrivée des versements.
N’hésitez pas à prendre contact avec nous pour faire une réservation provisoire dans l’attente de la réponse de votre employeur.

En cas d’annulation

Les annulations de votre part ne font pas l’objet de remboursement.

Lorsqu’il y a une liste d’attente, nous vous proposons un arrangement à l’amiable s’il nous est possible de vous remplacer.






J’effectue un versement de € sur le compte IBAN : BE37 7755 9056 5828 BIC : GKCCBEBB (depuis la Belgique, Luxembourg, ...)

J’effectue un versement de € sur le compte IBAN : FR80 3000 2005 6100 0045 1265 R 84 BIC : CRLYFRPP (depuis la France)

J’effectue un versement de CHF sur le compte IBAN : CH58 0900 0000 4068 8752 4 BIC : POFICHBEXXX (depuis la Suisse)

J’envoie un chèque de € à l’ordre de “Parole d’Enfants” - 57 rue d'Amsterdam, 75008 PARIS (depuis la France)

Mon organisme envoie une attestation de prise en charge (Parole d’Enfants - 57 rue d'Amsterdam, 75008 PARIS ) et règle par mandat administratif (inscription par convention en France) n° d’agrément : 11 75 34 59 875



Info facturation :

La facture est à établir au nom de : *
et envoyée à mon adresse privée professionnelle.

Je désire recevoir les informations pratiques à mon adresse privée professionnelle.