Les inscriptions sont ouvertes !   

Prendre
rendez-vous
avec la souffrance
des enfants

Mieux les comprendre
et soutenir leur famille

Palais des Congrès, Liège 2018

Vendredi 16 mars Claude Seron
Mardi 24 avril Cathy Caulier &
Frédérique Van Leuven
Lundi 14 mai Jean-Paul Mugnier
Lundi 11 juin Samira Bourhaba

Pas de colloque à Liège cette année, mais quatre journées d’étude pour approfondir et diversifier nos moyens d’action auprès des enfants et des familles.


Dans la continuité de notre congrès de 2016 à Paris sur « les rendez-vous manqués avec les souffrances muettes des enfants », nous avons choisi de prolonger la réflexion sur ces épineuses questions :


Comment accéder aux souffrances d’un enfant ou d’un adolescent lorsqu’elles ne peuvent se dire ?


Peut-on réparer « après-coup », lorsque l’enfant en souffrance qui n’a pas été reconnu est devenu un adolescent en révolte, lorsqu’il devient parent à son tour, ou lorsqu’il rencontre de grandes difficultés dans sa vie d’adulte ?

Prendre
rendez-vous
avec la souffrance
des enfants

Mieux les comprendre
et soutenir leur famille

Pour apporter des réponses à ces questions, nous organisons QUATRE JOURNÉES D’ÉTUDE qui se dérouleront à LIÈGE ENTRE MARS ET JUIN 2018.


Chacune d’entre elles sera réservée à une intervention unique qui se déploiera tout au long de la journée :
exposés théoriques, présentation de modalités d’intervention concrètes, illustrations par des exemples cliniques et échange avec les participants.

Vendredi 16 mars
Claude Seron

Les mots du soin, les outils du changement


Mardi 24 avril
Cathy Caulier &
Frédérique Van Leuven

Grandir avec des parents en souffrance psychique : ce que les professionnels apprennent des enfants


Lundi 14 mai
Jean-Paul Mugnier

L’enfant face à la souffrance de ses parents


Lundi 11 juin
Samira Bourhaba

Aider le parent à venir en aide à son enfant victime d’abus sexuel

CES JOURNÉES S’ADRESSENT
AUX PROFESSIONNELS DE L’ÉDUCATION,
DE L’AIDE ET DU SOIN
À QUI SONT CONFIÉES DIFFÉRENTES MISSIONS :
  • travail psychothérapeutique avec des enfants, des adultes ou des familles ;
  • aide éducative en milieu ouvert ;
  • soutien aux familles précarisées où existent des maltraitances et des négligences ;
  • prise en charge de personnes marginalisées avec troubles psychiatriques sévères ;
  • accompagnement éducatif d’enfants ou d’adolescents en foyer ou en famille d’accueil ;
  • intervention au bénéfice d’adolescents en rupture, en révolte, en détresse, ...

ELLES PERMETTRONT AUX PARTICIPANTS DE :
  • regarder, écouter, comprendre les souffrances muettes des enfants ;
  • s’approprier des moyens nouveaux pour entrer en relation avec des enfants ou adolescents qui ne sont pas en mesure de mettre des mots sur leur maux ;
  • acquérir de nouveaux repères pour rejoindre dans chaque adolescent révolté et dans chaque parent inadéquat l’enfant qui a été blessé ;
  • mettre en oeuvre des interventions ayant pour but de soulager la souffrance des enfants et leur permettre de mieux grandir ...
Les mots du soin, les outils du changement
Vendredi 16 mars
Première partie :
LES RENDEZ-VOUS MANQUÉS
  • La difficulté à voir et à entendre ce qui fait mal ;
  • Les raisons de la cécité de certains parents ;
  • Comment les stratégies de survie de l’enfant parentifié, de l’enfant pris en otage dans le conflit parental ou encore de celui qui est victime d’agressions sexuelles peuvent enfermer dans le silence ;
  • Les enjeux qui nourrissent la surdité des intervenants psycho-sociaux.

Deuxième partie :
LES RENDEZ-VOUS HONORÉS
  • En tant que professionnel de la relation d’aide, comment penser un dispositif qui permette d’être mieux connecté à la souffrance muette des enfants ?
  • Remettre au travail nos erreurs quand nous avons banalisé la souffrance silencieuse de l’enfant ;
  • Le soin à apporter aux formulations : l’art de trouver les mots qui soignent ;
  • Les outils du changement :
  • quels outils peut-on utiliser pour dépasser les impasses quand l’enfant ne se confie pas ?
    comment contribuer à la reconstruction des enfants blessés et de leurs parents ?

Les plus grandes souffrances d’un enfant ou d’un adolescent en danger sont souvent muettes : soit parce qu’il ne sait pas les exprimer, soit parce qu’il ne peut pas en parler ou encore parce qu’il ne le veut pas.

Cela rend particulièrement délicate la tâche du professionnel sensé travailler « pour son bien ». Celui-ci peut ainsi imaginer des choses qui n’existent pas, s’inquiéter sans raison valable, minimiser la gravité d’une situation, passer à côté d’un danger grave, être paralysé par le doute ou assourdi par les paroles de l’entourage.

Cette journée d’étude permettra de mieux comprendre l’origine des souffrances muettes des enfants à travers la présentation de diverses problématiques et de différents facteurs qui empêchent ou au contraire favorisent une réelle rencontre avec ce que vivent les enfants.


Claude SERON est éducateur spécialisé, intervenant social et familial et psychopédagogue, avec une longue pratique du secteur de l’Aide à la Jeunesse. En 1996, il a fondé l’association Parole d’Enfants pour venir en aide aux enfants victimes d’abus sexuels et leur famille, et pour sensibiliser les professionnels et le grand public à cette problématique grave. Il est également l’auteur ou l’éditeur de plusieurs ouvrages sur la thématique de l’enfance en danger. Entre autres, « Don, pardon et réparation. Comment résilier un contrat avec la souffrance » (Ed. Fabert, 2007), « Au secours, on veut m’aider ! Venir en aide aux adolescents en révolte, en rupture, en détresse » (Fabert, 2006). Son dernier ouvrage est paru en 2017 aux Editions Erès et s’intitule : « S’engager aux côtés des familles. Comment notre histoire personnelle influence notre vie professionnelle. » Il y dévoile avec authenticité les écueils auxquels il s’est confronté dans la relation d’aide auprès des familles en grande difficulté, et comment il a pu déployer des stratégies thérapeutiques originales et forger de nouveaux outils d’intervention pour mieux les soutenir.

Grandir avec des parents en souffrance psychique :
ce que les professionnels apprennent des enfants
Mardi 24 avril

De nos jours, on constate encore que l’enfant est trop peu accueilli dans les structures de soin du parent, que l’adulte est mal à l’aise et souvent paralysé face au dilemme : parler à l’enfant au risque de provoquer de la douleur, se taire au risque de générer encore plus d’angoisse. De nombreux jeunes expriment combien ils sont restés seuls face à leurs questions et leurs observations. Cet isolement, source de solitude et de grande confusion, est à l’origine de leurs difficultés à grandir.

Pourtant, la reconnaissance par quelqu’un de l’expérience douloureuse est fondamentale. Elle est le premier pilier sur lequel peut se construire le processus de résilience. La reconnaissance des ressources est tout aussi importante, garante d’une prise de soin qui restaure la capacité de chacun à avoir prise sur sa situation de vie. Elle nécessite la construction d’un contexte favorable à l’échange dans un esprit de co-construction, sollicite l’engagement et la créativité de chacun.


  • Comment comprendre cette tendance de nombreux adultes, de nombreux intervenants à manquer ce rendez-vous essentiel avec l’enfant ?
  • Qu’est ce qui pourrait soutenir le professionnel dans ce mouvement auquel l’invite pourtant l’enfant ?
  • Et les parents, que nous disent-ils de leurs difficultés à exercer leur parentalité et à être reconnus comme tels ?

Au cours de cette journée, les oratrices partageront leur expérience de la rencontre avec des familles dont un parent souffre de ce qui est communément appelé « maladie mentale » et auprès duquel des enfants grandissent.

Que cherchent à nous dire les enfants, premiers témoins de la situation ?
Quels sont leurs vécus, quelles difficultés rencontrent- ils et quelles ressources développent-ils ? Sur quelles aides peuvent-ils s’appuyer ?

Elles illustreront leurs réflexions par des témoignages d’enfants et d’adultes, de parents et de professionnels mais aussi par des extraits d’ouvrages littéraires et de films.


Cathy CAULIER est psychologue, psychothérapeute systémique au service de santé mentale de Saint-Gilles et de Louvain-la-Neuve. Elle est formatrice à l’approche systémique à l’IFISAM (Institut de formation à l’intervention en santé mentale) et à l’Université libre de Bruxelles.

Frédérique VAN LEUVEN est psychiatre au Centre psychiatrique Saint-Bernard à Manage et dans l’Equipe mobile de crise de la région du Centre. Elle est doctorante à l’Université de Mons dans le service de Sciences de la famille et membre du Centre de recherche en inclusion sociale.

Ensemble, elles ont publié en 2017 le livre « Grandir avec des parents en souffrance psychique » aux Editions Academia, dans la collection « Passeurs de mondes. Ethnographies cliniques »

L’enfant face à la souffrance de ses parents
Lundi 14 mai
Le couple, un thérapeute qui ne dit pas son nom :
  • La souffrance méconnue dans l’histoire des parents et la fonction thérapeutique du couple
  • L’échec de la fonction thérapeutique du couple et la méconnaissance des besoins évolutifs de l’enfant
L’attachement :
  • Comme une promesse du parent à l’enfant :
    « quoiqu’il arrive tu dois pouvoir compter sur moi ! »
  • L’apparition de l’empathie chez l’enfant
  • L’inversion de la promesse : l’enfant doit combler les besoins affectifs du parent
Quand l’enfant prend sur lui la responsabilité de l’incompétence parentale
  • L’enfant maltraité
  • L’enfant abusé
L’enfant instrumentalisé
  • L’enfant partenaire émotionnel d’un parent
  • L’enfant parentifié
L’enfant face à la maladie mentale d’un parent
  • L’enfant ange gardien
  • D’un parent présentant des troubles psychiatriques
    D’un parent suicidaire
L’enfant face au conflit conjugal
  • Les différents types de conflit :
  • Ordinaires
    Toxiques
    Les violences conjugales
Adaptation de l’enfant
  • Le vécu émotionnel de l’enfant
  • L’enfant prend sur lui la responsabilité du conflit et de sa perpétuation
  • Face aux violences conjugales
    L’identification à l’agresseur
    L’identification à la victime

Régulièrement la clinique conduit les professionnels de la protection de l’enfance à rencontrer des parents ayant, dans leur propre enfance, été confrontés à des souffrances, des dangers, pour lesquels ils n’ont pas reçu l’aide ou la protection qu’ils étaient en droit d’attendre. Cette méconnaissance de leur propre souffrance peut conduire à l’apparition de différentes pathologies à l’âge adulte : maladie mentale, toxicomanie, alcoolisme et aussi violences conjugales sans oublier les maltraitances physiques ou sexuelles directement infligées aux enfants. Dans tous les cas un même constat semble s’imposer : l’échec des tentatives auto-thérapeutiques mises en place par ces parents et l’instrumentalisation de l’enfant qui devrait réparer leurs blessures anciennes non résolues.

Comment l’enfant va-t-il à son tour s’adapter à ces souffrances parentales et à leurs multiples expressions ? Que va-t-il mettre en oeuvre pour y faire face, voire pour tenter de les résoudre ? Quelle responsabilité court-il le risque de s’attribuer dans leur apparition ou dans leur perpétuation en fonction de son propre développement ?

Ces différentes interrogations renvoyant à l’expérience professionnelle de chacun seront à la base des réflexions présentées durant cette journée.


Thérapeute familial et de couples, Jean-Paul MUGNIER dirige depuis plus de 20 ans l’Institut d’études systémiques à Paris. Sa formation initiale d’éducateur spécialisé l’a conduit à se sensibiliser très tôt aux questions liées à la maltraitance et à s’interroger sur les moyens à mettre en oeuvre pour venir en aide aux enfants victimes de sévices, de négligences comme à leurs parents. Formateur et superviseur, il intervient auprès de nombreuses équipes en France comme à l’étranger, notamment en Belgique, tant dans le champ médico-social que dans le domaine de la protection de l’enfance. Directeur des collections « Psychothérapies créatives » et « Penser le monde de l’enfant » aux Éditions Fabert, il est également l’auteur de nombreux essais et romans parmi lesquels « Les stratégies de l’indifférence », « La promesse des enfants meurtris », « Le silence des enfants ».

Cette journée d’étude sera prolongée par un séminaire de supervisions cliniques en groupe restreint animé par Jean-Paul Mugnier et portant sur la même thématique, les 15 mai et 24 et 25 septembre 2018. Toutes les informations sur www.parole.be

Aider le parent à venir en aide à son enfant victime d’abus sexuel
Lundi 11 juin
Autour du dévoilement
  • Avant les révélations, le silence. Pourquoi ?
  • Les révélations comme prise de risque identitaire et relationnelle
  • Les réactions parentales suite au dévoilement :
  • Du soutien au déni, quels impacts pour l’enfant ?
    Facteurs en jeu dans le positionnement du parent

Du tsunami à la reconstruction
  • Les attentes des professionnels à l’égard des parents
  • Les besoins de l’enfant à l’égard de ses parents
  • Axes de tension dans le travail thérapeutique
  • Attitudes fondamentales, axes de travail et outils cliniques

Les révélations d’abus sexuels subis par un enfant plongent immanquablement ses parents dans une détresse inqualifiable. Ceci est encore plus vrai lorsque l’auteur des faits est un membre de la famille. Lorsque les parents disposent de ressources internes, familiales et sociales suffisantes pour faire face à ce drame, ils vont pouvoir apporter à l’enfant le soutien dont il a besoin. Ce soutien sera d’ailleurs le meilleur allié de l’enfant dans sa reconstruction.

Néanmoins, la plupart des enfants que nous rencontrons ont plutôt à se débrouiller, seuls ou presque, avec leur traumatisme et celui de leurs parents. En effet, les parents peuvent être tellement impactés par les révélations qu’il s’agit alors pour l’enfant de s’occuper d’eux plutôt que de pouvoir compter sur eux.

En tant que professionnel de la relation d’aide, quels regards, quelles pratiques pouvons-nous développer pour augmenter les chances de l’enfant de pouvoir compter sur ses parents ?
Comment pouvons-nous donner l’occasion aux parents de prendre soin de leur enfant ?
Cette journée permettra de penser le travail d’accompagnement des parents d’enfants victimisés, avec comme enjeu de nous rendre, en tant qu’intervenant, mieux outillé pour aider le parent à aider son enfant.


Psychologue et psychothérapeute, Samira BOURHABA est intervenante sociale et directrice du service Kaléidos (Liège) qui, depuis 2001, accompagne des mineurs victimes d’abus sexuels et leurs familles à la demande des autorités de l’Aide et de la Protection de la Jeunesse. Le service offre aux familles une prise en charge multidimensionnelle adaptée à leur situation : différentes modalités de travail sont ainsi proposées pour aborder le vécu individuel, la fratrie, la famille, le couple parental. Une approche corporelle est également envisagée. Ce travail se fait en collaboration avec les autres professionnels présents dans le réseau. Samira Bourhaba est également psychothérapeute d’adolescents, d’adultes et de familles et formatrice en thérapie familiale.

Lieux et horaires


Toutes les journées se déroulent au
Palais des Congrès de Liège,
de 9h30 à 17h00


Renseignements


  • Association Parole d’Enfants
    En Belgique
    50, rue des Éburons | B-4000 Liège
    Tél . 04 223 10 99 | Fax 04 223 15 56
  • En France
    57, rue d’Amsterdam | F-75008 Paris
    Tél. 0800 90 18 97 | Fax 00 32 4 223 15 56

Coût de l’inscription


Avec paiement avant le 10/01/2018 :

  • Pour 1 journée : 65 € (75 CHF)
  • Pour les 4 journées : 230 € (265 CHF)

Avec paiement à partir du 10/01/2018

  • Pour 1 journée : 80 € (90 CHF)
  • Pour les 4 journées : 280 € (320 CHF)

Inscription par convention

    (formation continue en France)
  • Pour 1 journée : 110 €
  • Pour les 4 journées : 390 €

Réductions


  • Inscription groupée de 5 personnes et plus pour une ou plusieurs journée(s) identique(s) pour tout le groupe : -20% (demander les conditions)
  • Sans emploi : -50% sur présentation d’une attestation (pas de tarif de groupe).

Formulaire d'inscription

Remplissez ce formulaire svp



NOM*
PRÉNOM*
E-MAIL*

Adresse privée

RUE

CODE POSTAL
LOCALITÉ
PAYS
TÉL.
FAX

Adresse professionnelle (facultatif)

INSTITUTION
RUE

CODE POSTAL
LOCALITÉ
PAYS
TÉL.
FAX

Commentaire



Coût de l’inscription


Avec paiement avant le 10/01/2018 :

  • Pour 1 journée : 65 € (75 CHF)
  • Pour les 4 journées : 230 € (265 CHF)

Avec paiement à partir du 10/01/2018

  • Pour 1 journée : 80 € (90 CHF)
  • Pour les 4 journées : 280 € (320 CHF)

Inscription par convention

    (formation continue en France)
  • Pour 1 journée : 110 €
  • Pour les 4 journées : 390 €

Je m'inscris :



à la/aux journée(s)




 J’effectue un versement de
€ sur le compte IBAN : BE37 7755 9056 5828 BIC : GKCCBEBB (depuis la Belgique)

 J’effectue un versement de
€ sur le compte IBAN : FR80 3000 2005 6100 0045 1265 R 84 BIC : CRLYFRPP (depuis la France)

 J’effectue un versement de
CHF sur le compte IBAN : CH58 0900 0000 4068 8752 4 BIC : POFICHBEXXX (depuis la Suisse)

 J’envoie un chèque de
€ à l’ordre de “Parole d’Enfants” - 57 rue d'Amsterdam, 75008 PARIS (depuis la France)


 Mon organisme envoie une attestation de prise en charge (Parole d’Enfants - 57 rue d'Amsterdam, 75008 PARIS ) et règle par mandat administratif (inscription par convention en France) n° d’agrément : 11 75 34 59 875



Info facturation :

La facture est à établir au nom de : *
et envoyée à mon adresse privée professionnelle.

Je désire recevoir les informations pratiques à mon adresse privée professionnelle.